Cataléthique saison 2019-2020

Cataléthique saison 2019-2020

People-6_Facebook

Se loger au 21e siècle – Mars 2020

Vivre dans un espace réfléchi. 

Tout le monde a besoin d’un toit, d’un endroit pour se loger.

Dans un contexte de spéculation immobilière, de “rénoviction” (éviction pour rénovations majeures) et de crise climatique, comment peut-on se loger de manière durable?

C’est en discutant de bâtiment écologique, de logement social (cohabitat, coopérative, etc.) et d’aménagement du territoire que nos invités tenteront d’exposer certaines pistes de solutions pour un logement digne du 21e siècle.

Animation du panel : Pascal Huynh du projet Le Villageois (cohabitat à Montréal)

Panel:

Christian Savard – Directeur général de Vivre en ville

Mathieur Roberge – Coopérative ALTE en construction écologique

Alison Lush – Coopérative d’habitation Notre-Dame-de-Fatima

Batir la ville de demain – Fevrier 2020

Chaotiques, efficientes, encombrantes, abondantes, hostiles, en croissance : la liste d’adjectifs ne s’emplit jamais lorsqu’on évoque les villes et leur avenir.

Épicentres du développement, les villes consomment aujourd’hui 2/3 de l’énergie mondiale et produisent plus de 70 % des émissions globales de CO2. En 2050, plus du 2/3 de la planète y vivront. 

Avec ce changement d’urbanisation viendra un grand poids : la santé, le bien-être et la qualité de vie des citoyens. 

Venez en apprendre sur le futur durable des villes où les acteurs aux ambitions souvent divergentes devront faire face aux pressions grandissantes entre gouvernance et gouvernements, privés et publiques, restriction et liberté. On y abordera l’action citoyenne, la politique, l’aménagement du territoire et les affaires.

Bouchées végétariennes

Partager le pouvoir et le profit – Novembre 2020

Nous passons environ 70 000 heures à travailler dans une vie. Sur ce total:

  • Combien d’heures sont passées à subir les décisions des personnes au-dessus de nous dans la hiérarchie organisationnelle? 
  • Combien d’heures sont passées à augmenter sa productivité pour l’enrichissement d’autrui?

Une alternative existe depuis longtemps, mais elle est parfois méconnue : les entreprises collectives.

Les entreprises collectives sont des organismes sans but lucratif ou des coopératives qui sont créées dans le but de répondre à un besoin autre que la maximisation des profits. En effet, ces entreprises désirent offrir un produit/service qui correspond aux besoins non comblés par le marché lucratif: l’accès à des aliments sains abordables, du logement de qualité à bon prix, la préservation de l’environnement, etc. Parfois, elles sont créées dans le but d’offrir des emplois de qualité à des gens. Dans ce cas, les coopératives de membres travailleurs sont un bon exemple puisqu’elles répondent directement à ce besoin. D’autres fois, l’entreprise a une forte mission sociale et elle désire réinvestir la totalité des profits qu’elle génère dans ses activités. Les organisations sans but lucratif sont excellentes pour remplir cet objectif.

Dans le cadre de cette soirée, nous inviterons trois panélistes afin de mieux comprendre comment les entreprises collectives se différencient des entreprises privées :

– Marie-France du Conseil d’économie sociale de l’île de Montréal (CÉSIM) nous fera un portrait de l’économie sociale à Montréal en plus d’expliquer ses principes directeurs. 

– Samuel de l’Arpent nous parlera de son organisation: une firme d’urbanisme qui offre une gamme diversifiée de services en aménagement du territoire. 

– Dominique et Jean-François du populaire Café campus présenteront la coopérative où les deux travaillent depuis de nombreuses années.

Quel futur pour l’apiculture? – Septembre 2019

Nous le savons tous, les abeilles ont une place irremplaçable dans nos écosystèmes urbains et ruraux. Nous savons aussi que les abeilles disparaissent mystérieusement parfois, ou que leurs ruches ne sont pas aussi prolifiques qu’avant. Pourquoi ? Est-ce que les apiculteurs ont accès aux outils indispensables pour prodiguer les soins nécessaires aux abeilles, tel qu’une éducation appropriée et que de l’information sur la santé de leurs ruches ? Comment pouvons-nous mitiger l’impact des pesticides sur les abeilles ?

Nectar aide les apiculteurs à élever des abeilles heureuses et productives via leur technologie de gestion de ruches.

Professeur Madeleine Chagnon du département des sciences biologiques de l’UQAM étudie l’impact des pesticides tels les néonicotinoïdes sur les populations d’abeilles.

Miel Montreal est une coopérative à but non lucratif dont la mission est l’éducation à l’importance des pollinisateurs pour la biodiversité à travers l’apiculture urbaine.

Instagram

Archives